Le Courir de Mardi Gras

 

“Le Mardi Gras cajun vient de la façon dont le carnaval été célébré en France dans les campagnes, par opposition au carnaval urbain. On y fête le renouveau du printemps et c’est aussi un moyen pour les communautés de se retrouver et de faire la fête”
— Barry Annelet, professeur à l’Université de Louisiane à Lafayette.

Le jour de Mardi Gras, férié ici, est le jour où toutes les villes de Louisiane organisent des parades pour Carnaval. C’est le temps fort de l’année. La journée de fête par excellence. C’est aussi le jour où tout le monde se rend à La Nouvelle Orléans pour ces fameux défilés où l’on jette des perles au public. Nous avons choisi de ne pas nous y rendre et de prendre la route en sens inverse. Et ce, tant géographiquement que culturellement ou politiquement. Nous sommes allés en territoire Cajun où l’on célèbre le Mardi Gras dans les campagnes. Guidés par une charmante dame rencontrée à Arnaudville lors la Table Française nous avons été initiés au traditionnel Courir de Mardi Gras.

Le Courir de Mardi Gras est un événement organisé par de nombreuses communautés cajuns du Sud de la Louisiane le mardi avant le mercredi des Cendres. Comme Mardi Gras est la dernière journée avant le Carême, les célébrants boivent et mangent avec gourmandise. Ils revêtent des costumes traditionnels, tous sont faits maison. Ils sont extrêmement colorés et dissimulent totalement l’identité des participants. Ils sont composés d’un chapeau, d’un masque, d’une blouse large et d’un pantalon tous deux à franges. À l’origine, les costumes étaient fabriqués à partir de vieux vêtements de travail décorés avec des restes de tissu et des morceaux de matériel (comme des bouchons, des sacs de commission, …) car beaucoup des participants ne pouvaient pas se permettre d’acheter du matériel strictement pour l’événement. Cet esprit de recyclage est toujours d’actualité mais a aussi donné lieu à une esthétique du patchwork. Il est impossible de reconnaitre quelqu’un, même de savoir si c’est un homme ou une femme, un enfant ou un adulte. Les masques sont réalisés à partir d’un écran de fenêtre en maille métallique ordinaire où l’on y attache de grands nez saillants, des yeux et une bouche. Beaucoup de costumes et de masques incluent des caractéristiques animales comme le bec, les plumes, la fourrure ou la queue. Les origines de cette fête qui dure toute une journée se retrouvent donc dans les coutumes de l’Europe médiévale catholique, plus précisément elle est une reformulation de la fête de la mendicité de la France médiévale.

Renversement des conventions sociales, les identités sont brouillées, on ne travaille pas mais on mendie (les personnes déguisés demandent toujours “Cinq sous” aux personnes qu’ils croisent), on ne parle pas en anglais mais en français (incroyable mais vrai), on chante et on danse tout le temps (dont la fameuse chanson de Mardi Gras), on essaie de dépasser ses propres limites (en faisant des pirouettes dans la boue des marais par exemple). Et tout ça on a pu le constater alors que pas un de mes collègues du département d’architecture de l’Université de Baton-Rouge n’y est jamais allé. Il faut dire que les étudiants ne connaissent même pas cette tradition (ils ne sont pas forcément originaires de Louisiane non plus) et que la moitié de mes collèges n’a jamais entendu parlé de tout ça.

thumb_img_3413_1024thumb_img_3518_1024thumb_img_3486_1024thumb_img_3479_1024thumb_img_3409_1024thumb_img_3485_1024thumb_img_3517_1024thumb_img_3511_1024thumb_img_3510_1024thumb_img_3508_1024thumb_img_3507_1024thumb_img_3478_1024thumb_img_3477_1024thumb_img_3509_1024thumb_img_3512_1024thumb_img_3513_1024thumb_img_3516_1024thumb_img_3515_1024thumb_img_3545_1024thumb_img_3543_1024thumb_img_3546_1024thumb_img_3501_1024thumb_img_3500_1024thumb_img_3497_1024thumb_img_3410_1024thumb_img_3414_1024

Advertisements

2 Comments

  1. Bonjour Jennifer, bonjour Olivier, salut les enfants,

    Avec Pierre, nous suivons avec grand intérêt votre chronique de vacances. Merci de partager avec nous vos impressions de cet ailleurs à la fois si lointain et si proche.

    Le Mississippi paraît paisible, il s’impose, avec une sorte d’évidence, mais aussi d’indolence, dans le paysage. La route qui s’arrête sur le fleuve est une image saisissante de sa force infatigable. Si je pouvais réinventer le français, je mettrais “fleuve” au féminin pour traduire la langueur et la délicatesse avec laquelle tous les fleuves du monde résonnent en moi.

    Et votre quotidien dans la belle maison? Que font les trois garçons pendant que Jennifer travaille? Basile n’est-il pas étonné de ne pas entendre le français autour de lui?

    Je vous embrasse fort et attends la suite avec impatience,

    Ilona.

    Like

  2. Enfin des vraiment beaux costumes, j’ai toujours aimé les bouts de ficelle comme mon nom l’indique !
    Toujours une très belle analyse-description de Jenny!
    Bises à la petite famille

    Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s