Le taxi

Une fois à l’aéroport de Baton-Rouge, nous essayons de louer une voiture. Il est trop tard et les loueurs de voiture sont presque tous fermés. Le seul ouvert est extrêmement cher. Nous renonçons dans l’idée de prendre un taxi. Olivier sort en chercher un. Lorsqu’il revient il n’a pas l’air vraiment convaincu par son choix. Mais sans plus tarder nous sortons de l’aéroport afin que notre voyage se termine au plus vite. Le chauffeur était à peine croyable. Noir avec un chapeau de cowboy blanc. Très âgé, fourbu, impassible. Pour mettre nos bagages dans le coffre, il n’a pas levé le petit doigt. Sa voiture une énorme Lincoln dont les sièges arrières sont extrêmement moelleux. Il conduit sans mot dire. Nous traversons la ville la nuit et nous voyons au loin les hautes flammes des raffineries de pétrole. Une ville humide mais incandescente. Au bout de 10 minutes, notre chauffeur nous avoue ne pas savoir où aller. Par je ne sais quelle chance, j’aperçois à ce moment là le nom de notre avenue et lui demande de tourner à droite. Il accepte en râlant. Une fois sur l’avenue, il regarde droit devant lui. Le numéro des maisons ne l’intéresse pas. Oliver et moi essayons tant bien que mal d’apercevoir les numéros. Nous en repérons de tant en tant. Quand soudain nous avons reconnu notre maison. Nous l’annonçons au chauffeur qui hésite à s’arrêter. J’entends Olivier lui dire “je serai vous je ne dirai pas non à ma femme”. Il fait enfin marche arrière. Une fois dehors, il reste totalement impassible. Nous nous débrouillons pour enlever les affaires du coffre sous son regard immobile. On le paye mais il reste debout sans bouger. Olivier lui signifie que c’est bon nous sommes arrivés, que la course est terminée, qu’il peut y aller. Silence. Pas un geste. Il finit pour nous dire qu’il veut être certain que ce soit notre maison. Et sous son regard placide nous rentrons dans notre nouveau chez nous. Il est accoudé à sa voiture, face à nous. Seuls sa tête et son chapeau dépassent. Il nous fixe clairement. Parfaitement immobile. Et c’est avec soulagement que nous l’avons vu finalement partir au bout de quelques minutes. Cet étrange chauffeur est notre première rencontre.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s